Transition vers le nouveau site CBVACC
Pour ceux et celles qui ne l'auraient pas encore remarqué, c'est le nouveau site qui est maintenant notre outil de balades, de grand air et de joie de vivre : un clic ICI, et bon voyage…

 

Pyrénées J1 le lac de Gaube et Plus (Phi)


Récit de la sortie :

Belle entrée en matière avec une rando au lac de Gaube pour tous les groupes

Nervure sur rocher : Pont d'Espagne (France). Le réseau de lignes correspond à des veines de quartz, mises en relief par la dissolution plus rapide du granite

Attention, ce ne sont pas que des filons de quartz. Ces "lignes" correspondent à plusieurs générations de roches dont la chronologie relative est, sur le terrain, très facile à mettre en évidence : 1 - granodiorites claires à gros grain (corps principal du Massif de Cauterets oriental) 2 - diorites sombres à grains moyen (avec enclaves de granodiorites donc postdatent ces dernières), 3 - pegmatites, 4 - aplites, 5 - quartz (massif), 6 - aplites, 7 - quartz (massif), 8 - quartz (vacuolaire). 4, 5,6 et 7 correspondent aux lignes en relief; 3 et 8 à des "lignes" qui ne sont jamais en relief. Cette succession est particulièrement nette sur les affleurements de la vallée du Marcadau qui forment le premier petit "dôme" à jolis conifères en forme de "bonzaï", juste après la petite remontée mécanique (remontée du Clot). La (les) granodiorite (s) et pegmatites à gros grain et grain moyen sont arasées par le passage glaciaire (avec figures : stries, gouttières...) et surtout résistent moins à l'érosion différentielle (ou préférentielle, au choix) qui lui succède. Les aplites et filonnets de quartz, sans doute plus résistants à l'abrasion d'une part, et surtout à l'érosion d'autre part, sont restés en léger relief. Cela pourrait paraître étonnant pour 3 où ailleurs, les pegmatites sont plutôt plus résistantes que leur encaissant...

Une autre réponse dans le même sens: A petite échelle, l'érosion glaciaire se manifeste par des surfaces polies et arrondies ("roches moutonnées"), souvent striées par des blocs durs enchâssés dans la glace (stries glaciaires). Dans beaucoup de cas, ces roches moutonnées présentent une pente plus faible vers l'amont (usure) que vers l'aval (arrachement de blocs), permettant de reconstituer le sens d'écoulement des glaciers.



Commentaires

penses-tu possible de rendre "très facile à mettre en évidence"en annotant 1-2-3-4-5-6-7 sur ta photo n°4?

merci pour la néophite que je suis mais très très interessée

Excuse-moi si je ne peux répondre à tes questions car je n’étais pas encore né quand les nervures ont commencé à se former

J’ai mis ces documents car plusieurs fausses hypothèses circulaient (comme traces de racine)

Par contre tu peux trouver ton bonheur pour des explications plus précises parmi les adhérents de Coublevie-Accueil

Beau poème sur le Pyrénées !